Les idées grises (forme courte)

IllusLesidéesgrises

« Les idées grises » est une recherche de liberté absolue, un abandon du convenu et un éloge de l’incongru. C’est une occasion de détruire les pensées cartésiennes et de se laisser divaguer vers l’irrationnel. Bastien Dausse et François Lemoine, les deux jeunes acrobates auteurs et interprètes de la compagnie Barks, imaginent un monde affranchi des lois et des logiques du nôtre. Inventant leur propre vocabulaire pour donner leur vision du cirque dans chacune de leurs créations, cette fois ils détraquent l’espace et le temps, gomment la frontière entre réel et irréel, se jouent avec humour de la gravité et bouleversent nos repères.

Acceptons l’absurde, oublions la raison, et rions de la logique.

Forme courte du spectacle, environ 23 minutes

La forme courte a été présenté lors du festival d’Avignon 2016 dans le cadre de XS en Avignon.

Aperçu de quelques échos suite à cette présentation :

« Mais le meilleur de XS est pour la fin. […],voici un dialogue totalement muet et pourtant le plus percutant de tous. Place à Bastien Dausse et François Lemoine, tous deux formés aux arts du cirque, qui embarquent le spectateur dans une odyssée de salon où chaque objet réserve des surprises. Ces deux virtuoses de l’équilibre et de la contorsion donnent, comme un étrange écho au travail d’Agnès Limbos, une saveur toute particulière, pour ainsi dire renversante, à une chaise, un canapé, une ventouse de W.C… Leur dialogue devient un combat où tous les coups sont autorisés (drôle de réponse au brainstorming sur le « chez-soi » !), et c’est formidable de fantaisie et d’inventivité. Positions biscornues, gags visuels excellents, utilisation réussie de la vidéo (qui permet aux deux protagonistes de flotter bizarrement autour de leur table)… Ces Idées grises sont un véritable régal et concluent en beauté ce mini-festival d’une soirée. »

Les trois coups 

« La révélation viendra de la troisième partie,, Les Idées grises, présentée par deux jeunes acrobates issus de l’Académie Fratellini dont il faut retenir le nom, Bastien Dausse et François Lemoine de la compagnie Barks. Ils ont imaginé trois scènes improbables, la première sur des chaises en équilibre, la seconde sur un tapis, la troisième à table. Après avoir livré un combat d’escrime avec une ventouse pour déboucher les toilettes, ils entrent dans la 3e dimension, traversent le miroir au sens Carrollien. De l’autre côté de l’écran, ils se retrouvent en apesanteur, tels des cosmonautes, tête en bas, affranchis des lois de Newton. Illusion optique, humour, virtuosité. C’est tout simplement du grand art. Quand le monde est trop petit pour eux, ils s’affranchissent de ses lois. »

La Provence

« La soirée se termine sur Les idées grises de Bastien Dausse et François Lemoine. On se retrouve de nouveau dans un appartement, mais plus étudiant celui ci. Les garçons, un vêtu en rouge l’autre en bleu se battent pour une chaise. On est ici dans un nouveau genre de western. les deux sont acrobates et basculent, s’enjambent, s’écrasent, dans des postures d’équilibre hallucinantes. Ils nous retournent, nous font confondre le haut et le bas. Ils se placent dans la veine des recherches actuelles en cirque et  Yoann Bourgeois  n’est pas loin.  Bastien Dausse est un maître en acro-danse et François Lemoine maîtrise le mât chinois (et les barreaux de chaises donc aussi !). Quel est le rapport entre eux ? Ils veulent se tuer comme on tue dans les bandes dessinées américaines des années 60. Leurs flingues font « Bang » en lettres rouges et nous, on reste scotchés par leur inventivité et leur talent. »

Toute la culture

 » C’est enfin « Les Idées grises », conçu et interprété par Bastien Dausse et François Lemoine, qui aura été la claque de la soirée. « Monsieur Rouge » et « Monsieur Bleu », acrobates virtuoses, composent une sorte de gymnastique à tendance tui shou, très influencée par l’école de cirque chinoise. En trois séquences, ils déploient une parodie haletante des films d’action à l’aide d’accessoires insolites (une ventouse, une casserole et un mini-canon). Un peu comme si Tarantino s’était mis à la chorégraphie sous chapiteau. Suprêmement poétique, le duo s’appuie sur des mouvements millimétrés et un rythme à couper le souffle, jouant sur la distorsion de l’espace. »

iogazette

 « Les idées grises : en apesanteur: l’insupportable légèreté de l’être ensemble.
Deux escogriffes, compères, complices de l’apesanteur, de l’acrobatie détournée de son droit chemin dans un bric à brac de supports tout genre. C’est le duo-duel Bastien Dausse et François Lemoine qui tient le haut du pavé. Désopilante démonstration de pince sans rire sens dessus dessous où les corps racontent l’absurdité et le charme du monde à l’envers, à l’endroit, toujours au bon endroit. Et quand il s’enferment dans leur cube intime, c’est pour mieux désorienter, déplacer ce microcosme humain, nous rabattre les oreilles et le caquet: la scène c’est un immense terrain de labeur, un travail de fou pour une magie opérante à cent pour cent. Les images vidéo hyper efficaces pour inoculer du neuf dans le monde de la pesanteur et de l’inouï. Surprises et déroute au menu.ambiance tendue et ludique pour ce bijou baroque, qui défie, détraque le temps et la raison. »
Genevieve Charras